« Se Découvrir pour se Reconstruire »

Apprendre une activité naturelle ? On pourrait le croire. En réalité, rien n’est plus complexe. Comment se découvrir et se réapproprier des potentiels ? Comment apprendre autrement ? Cet ouvrage « Se Découvir pour se Reconstruire » tente d’y répondre.

Apprendre une activité naturelle ?

Cet ouvrage a été écrit par les professionnels du CRP de Coubert et d’Aubervilliers de l’UGECAM Ile de France. Ce livre est destiné à plusieurs publics : stagiaires, formateurs, partenaires et à toute personne intéressée par une réflexion sur des pratiques d’accompagnement et d’apprentissage en pédagogie pour adultes.Cet ouvrage à classer dans le domaine de la recherche et de l’innovation témoigne de la complémentarité des actions qui conduisent à la réinsertion professionnelle. Il démontre qu’il ne suffit pas de la loi et de la réglementation pour rendre concrète et accessible, à tous les blessés, leur existence de citoyen à part entière. Cet ouvrage démontre aussi que tout repose sur le partage entre les équipes pluridisciplinaires et les stagiaires dont la volonté est un des postulats majeur de la réussite de leur projet.

La personne qui apprend cherche un nouvel équilibre dans une situation déstabilisante.

Comment est né ce projet d’ouvrage ?

Les adultes accueillis en centre de réadaptation professionnelle sont confrontés à la nécessité de construire ou reconstruire leur avenir professionnel du fait d’une altération conséquente de leur état de santé et d’un handicap. Conduire cette démarche est infiniment complexe, souvent même douloureux. Elle génère des moments forts d’espérance mais s’accompagne aussi de fréquentes remises en cause.

Les professionnels dont la mission est d’épauler ces personnes, dans leurs parcours et leurs projets, se sont interrogés sur les démarches et les méthodes d’accompagnement les plus efficaces.

Depuis plusieurs années, nous proposons des activités expressives et créatives (écriture, expression corporelle…) aux stagiaires accueillis à  Coubert et à Aubervilliers. Dans ces ateliers, nous les amenons à développer et à valoriser leurs potentiels sensoriel, de créativité, de communication et de raisonnement logique afin de faciliter leurs apprentissages. Nos 2 équipes se sont plus particulièrement retrouvées autour de  Potentialis* et de la formation au « développement de l’imagination par la peinture » proposées par l’association MM2I**. Après nous être enrichis de cette approche, nous avons souhaité formaliser ensemble nos expériences d’ateliers.

Que contient l'ouvrage ?

Cet écrit se décompose en cinq chapitres :

  • Le premier expose les principes de fonctionnement des ateliers avec l’organisation et l‘approche pédagogique.
  • Le second présente les ateliers de base que sont les ateliers « Écriture », « Développement de l’imagination par la peinture » et «Expression corporelle et communication ».
  • Un troisième chapitre est consacré aux références théorico-pratiques qui valident la démarche. Il s’agit de présenter les concepts utilisés, les caractéristiques de l’accompagnement proposé ainsi que l’impact escompté de ces activités.
  • Le quatrième chapitre traite de l’évaluation. En effet, comment démontrer que le développement des potentiels est une aide pour la reprise de confiance en ses propres ressources.
  • Enfin, le cinquième chapitre explique l’évolution des ateliers.

L’IMPACT, en termes de transferts d’acquis :

A court terme :

Prenons l’exemple d’un atelier d’écriture collective où l’objectif est de produire un dialogue. Pour réfléchir sur le thème, les participants se servent des sollicitations de l’accompagnant afin de construire leur scénario et réaliser un écrit le mettant en scène.

 Les membres du groupe :

  • Expriment leur sentiment face à la situation, au choix du thème et aux sollicitations de l’accompagnant.
  • Identifient les difficultés rencontrées.
  • Constatent qu’ils ont su rebondir et produire un écrit respectant les objectifs.
  • Font le lien avec différentes situations où l’on doit s’adapter à l’environnement et à ses contraintes.

Piaget, représentant du constructivisme, évoquait l’action d’un environnement nouveau qui pousse l’individu à réajuster sa manière de voir, de faire et de penser. Ce réajustement ne va pas de soi et passe par une étape que Vygotsky appelera le conflit socio-cognitif :

la personne qui apprend cherche un nouvel équilibre dans une situation déstabilisante.

La socialisation favorise l’expression de cet état inconfortable, le repérage des modes de fonctionnement respectifs et la mise en place de stratégies d’apprentissage.

A moyen et long terme :

Le transfert se réfère ici « à la capacité du sujet à appliquer les apprentissages réalisés dans une situation à d’autres situations semblables ou différentes ». Dans les ateliers, l’appropriation des apprentissages est favorisée par un socle réduit d’apports théoriques et techniques. Les apprenants sont ainsi amenés à prendre le contrôle de leurs acquisitions. Tout au long des ateliers, les participants poursuivent ce cheminement et prennent conscience des applications possibles dans d’autres situations. La socialisation leur permet ensuite de l’exprimer.

A ce propos, les stagiaires des actions Préorientation et Apip de Coubert estiment que les acquis développés pendant ces activités sont transférables en premier lieu en milieu professionnel

 En fin de formation, j’écris un texte de deux pages. La lecture est importante.
L’atelier a permis un déblocage par rapport au stage en entreprise, pour communiquer
sur mon métier, de comprendre les autres, de bien lire les mots.

Un stagiaire

* Potentialis : Approche permettant d’autoévaluer ses potentiels forts inventée par Marie-Renée Rollet

** MM2I : Méthodologies Mémoire Image Information 

L'article vous plait, partagez le

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.